Chronique aquatique #8

Tranche de vie. 

C’est en faisant des jumping jacks dans la piscine que je réalise ce matin que je n’ai pas attrapé un seul rhume de l’hiver. Certains blâmeront le temps doux; I put it on the aquaforme. Penses-y deux secondes. Quand on se réunit dans la piscine à 40 personnes, c’est un peu comme si on faisait partie d’un réseau communautaire d’échange de germes. Gratos. Et je me dis, peut-être que le commencement du monde ça ressemblait un peu à ça dans le fond. (Le passage suivant est anachronique mais c’est comme ça, venez pas chiâler vous êtes avertis). Je me mets à voir la piscine comme une genre de soupe préhistorique. Des milliards de bactéries en maillots de bain avec un ti-cass élastique qui font des moves sur de la musique de club med. Avec deux, trois dinosaures dans le coin qui checkent ça aller en se disant: y’ont l’air d’avoir bin plus de fun que nous autres. Et puis tout ce beau bouillon-là ç’a donné les animaux, les insectes, pis nous autres. Faut le faire! Ouvrez la parenthèse. Peut-être que si les dinos avaient fait de l’aquaforme, ils auraient été assez en shape pour éviter le météorite. Just saying. Fermez la parenthèse.

C’est préhistorique l’aquaforme.

Legal imprint